ARRETEZ TOUT LEY GENS !

Lundi, Chucky va entrer en sixième. Elle a quitté le cocon de ses 8 premières années d’école pour entrer dans la jungle du collège.

Oui parce qu’avant, elle a fait sa scolarité de la maternelle au CM2 dans notre école de village comprenant une cinquantaine d’élèves répartis sur 3 classes. Il y avait la classe de Maternelle, la classe des CP-CE1 et la classe des CE2-CM1-CM2. Donc, ça fait 8 ans qu’elle partage sa classe avec les même copains et les mêmes instits.

L’entrée à la sixième : une sacrée étape dans la scolarité.

Allez, on saute dans le grand bain !

Elle passe d’un monde de “on a le temps de s’occuper de chacun d’entre vous vu que vous êtes 12” à “demmerdez-vous, vous êtes 34 par classe et je dois faire en sorte qu’au moins le tiers d’entre vous arrive à la lettre N !”.

Et le changement de rythme est horrible. Changer de classe à chaque heure et courir dans les couloirs et aux casiers sans être en retard pour ne pas se faire punir par la prof de français ou pire, que le prof de maths donne des exos en plus. Pinaise, j’en ai des sueurs froides !

Sans compter que depuis 8 ans, elle se lève à 8h pour commencer à 9h. Là, le début des cours est à 8h.. Ca veut dire qu’il va falloir mettre le réveil à 6h du mat. 6.Heure.Du.Matin.Ouech.

Et puis passer de 50 élèves à 500, comment dire… La méga flippe !  Qui sont tous ces élèves ? Quel est leur but ? Sont-ils gentils ? Ne sont-ils pas sur Terre pour tous nous manger ?
L’angoisse de la foule qui se précipite comme un énorme tsunami à l’heure de la sortie, noyant les pauvres petits sixièmes qui ne pigent rien à cette vague d’ado boutonneux en furie.

En plus, elle va devoir prendre le bus… Seule… à 7h du matin… On est quand même pas loin de l’Yonne ! Imagine elle tombe sur un chauffeur de bus scolaire chelous qui s’appelle Emile…
Et l’hiver, il faut nuit le matin, c’est pas très bien éclairé ! Et si le bus ne passe pas à cause du verglas, elle va rester seule, à l’arrêt de bus pendant des heures dans le froid !

Et la cantine. Imagine ils leur font bouffer du cheval dans les lasagnes. Ou du chat. Ou du rat… Et si elle ne mange pas de légumes, elle sera punie ? On la forcera à manger des aubergines jusqu’au vomissement ? Est-ce que les dames de cantine sont des cerbères prêtes à jeter leur bouillasse directement en mode gavage comme les oies ?

Oui bon, j’exagère un poil. Ok j’exagère beaucoup !

J’avoue. je suis zen à l’extérieur (devant Chucky donc) mais à l’intérieur, j’ai peur. Comme toi hein (dis oui).

J’ai peur car comme certains lui reprochent souvent, elle n’est pas mature. Moi je trouve ça normal, (j’en parle dans cet article d’ailleurs) mais CE monde, non. Alors, que va-t’il se passer ? Elle va être mise de côté, ou moquée ? Peut-être. Comme moi quoi. Et tu sais quoi, ça a fait de moi ce que je suis, même que j’en suis pas morte.

Mais maintenant que je suis mère d’une petite fille qui entre au collège, bah j’angoisse légèrement (#myhto)(j’angoisse à mort serait plus vrai !). Je me souviens parfaitement de ce que j’ai vécu au collège juste parce que j’avais des culs-de-bouteille rouges criards en guise de lunettes de vue et un pull rose avec des nounours et des flocons 10 fois trop grand (et je ne te parle pas du caleçon long)(ET du cartable, oui j’ai osé le cartable au collège..).

Et elle, elle n’angoisse pas.
Enfin, si, elle a peur d’un truc : “il est grand le collège, je vais me perdre au début, ça fait un peu peur”. Elle va se perdre “au début”. Elle sait que ça ne va pas durer et qu’elle va connaître par coeur ce collège.

Oué, elle gère la fougère !

Et c’est con mais moi, ça me rassure !

Bruce, lui, il flippe mais pas pour les même raisons. Il flippe parce qu’elle va entrer dans la puberté avec tout ce qui va avec. Alors, présentement, il est en train de construire des minarets, des douves remplies de crocodiles et il pose des herses pour crever les roues des mobilettes et autres scooters qui approcheraient trop près de sa fille. Et comme on est jamais trop prudent, il accroche un râtelier à flingue dans l’entrée avec de gros fusils et de grosse cartouches, histoire de bien faire fuir les futurs prétendants.

Oué, on a chacun sa façon de gérer le stress de cette rentrée.

(Y en qui exagère quand même. Enfin j’dis ça, j’dis rien mais les douves avec croco, c’est un peu excessifs..) (des serpents auraient suffit).

Et toi, ça se passe comment ?