Plusieurs choix possibles selon le degré de chiantitude des gosses de nos amis!

D’abord, plantons le décor: un apéro le samedi soir chez des amis et leurs gosses. Les mamans discutent et les papas bah eux aussi en fait. Les gosses, eux sont censés jouer et nous laisser tranquille (en théorie)

Mais la réalité est tout autre! Et du coup, ça peut pourrir la soirée! Pff les gosses….

1- le gosse gentil mais collant.

Le-petit-pot-de-colle

Le fils de mon amie est tout mignon et super gentil! Mais, il est du genre pot de colle. Il aime coller les invités de ses parents, il monte sur mes genoux, s’installe tranquilou et m’empêche par la même occasion d’attraper les Curly et de boire mon verre…

Plusieurs solutions s’offrent à moi:

  1. Je lui explique gentiment que j’aimerais profiter de ma soirée et que si j’ai largué mes gosses chez ma belle-mère, ce n’est pas pour me coltiner ceux des autres.
  2. Je lui refile un peu de la bière en douce, histoire qu’il ait envie de se lever pour aller vite faire pipi et du coup libérer la place sur mes genoux au profit du bol de cacahuètes.
  3. Je le fais tomber discretos de mes genoux et prétexte qu’il s’est jeté de son plein gré sur le coin de la table basse parce qu’il voulait se bouffer toutes les olives, l’enfoiré.

Et me voilà débarrassée d’un gamin pot de colle, et pour un moment vu que maintenant, il a trop peur de moi!

2 – le gosse malpoli.

normal_BadBaby1

Pour moi, rien de pire qu’un mioche qui ne me dit ni bonjour, ni au revoir, ni merci, ni “t’es la plus belle des dames que je connais de tout l’univers”. Alors quand j’arrive chez des amis et que leur gamin ne se bouge pas de son canapé pour dire bonjour, j’ai différentes options qui me viennent à l’esprit:

  1. Je lui écrase le pied très fort pour qu’il ouvre la bouche histoire de voir si il est capable d’émettre des sons et ainsi lui rappeler quelques notions de politesse.
  2. Je lui fais comprendre gentiment que si il continue à être malpoli, je lui arrache la langue avec une tenaille rouillée et enrobée de verre pilé.
  3. Je lui colle une grande tarte dans sa tronche de sale gosse.

Une fois de plus, le gosse flippe tellement qu’il me dit bonjour dix fois de suite!

3 – le gosse insupportable.

colère

Alors là, c’est le pire du pire. La gamine est une terreur! Elle me tire la langue, me dit “t’es pas belle!” ou encore “t’es méchante!” (genre!). Elle me tape, me griffe, me mord, me fait des colères, me crie dans les oreilles. Bref, l’enfer!

L’ignorer ne sert à rien parce que ça renvoi ce message aux parents: “ça ne me dérange pas du tout”. Alors que si en fait… Comment faire pour supporter ce monstre?

  1. Je lui dit que si ça continue, je serais dans l’obligation de  liquider son doudou et ses jouets jusqu’à la mort et qu’en plus, ils vont souffrir.
  2. Je la puni et l’oblige à récurer les toilettes de tout l’immeuble pendant des semaines.
  3. Je l’enferme dans le cagibi sans lumière, sans eau, sans nourriture avec comme seule compagnie un disque de Chantal Goya (si elle ne devient pas dépressive avec ça, je ne comprends rien!)
  4. Je la menace d’appeler l’école pour qu’elle reste là bas à vie.
  5. Je lui tire la langue, je la griffe, je la mords et je lui crie dessus, juste pour qu’elle comprenne que c’est insupportable.

Nan mais sans déconner, on ne va pas se laisser empapaouter par des trucs en viande de moins d’un mètre soixante! Namého!

On dit merci qui?