Comme tu t’en doutes, je vais parler de consentement. Encore une fois, je donne MON point de vue. Mon avis à moi que j’ai.

Pour moi, le touchage de cul (ou de n’importe quelle surface) n’est pas une histoire de féminisme, mais de civisme. Ca me parait légitime que des êtres dit “civilisés” comprenant que toucher quelqu’un sans son accord est juste intolérable.

Mais puisqu’il faut absolument être dans la “norme”, je pense que ce n’est pas une attitude “normale”.

Et quelle image cela donne aux enfants ?
Une fille qui voit une personne se faire toucher et qui ne dit rien, pense que c’est un geste commun. Puisque personne ne dit rien…
Un garçon va penser que c’est open et qu’il peut toucher n’importe qui quand il le souhaite. Puisque personne ne dit rien…

Et inversement, ça marche aussi dans le sens fille –> garçon hein.

C’est pour ça qu’il faut éduquer les enfants au consentement. Pour ne pas qu’ils pensent que ces gestes sont naturels…

Je pose ça ici. A voir sur le site de l’illustratrice Elise Gravel.

J’ai une fille qui entre dans l’adolescence et un garçon en plein dedans. Ils savent qu’on ne doit pas toucher et se laisser toucher. Et je n’ai pas envie qu’ils vivent dans un monde qui cautionne ça. je ne veux pas qu’ils soient des victimes.

Et en parlant des victimes, pourquoi la plupart ne disent rien ?

On va parler de la situation la plus courante : un mec qui touche une fille sans son accord. Dans cette situation d’attouchements, il y a 2 solutions : soit on se tait, soit on agit.

Si on touche notre cul sans notre consentement et qu’on ne dit rien, c’est considéré comme un accord. Oui, c’est complètement con et faux…
On ne dit rien par peur. Oui peur de subir plus qu’un attouchement. Peur du viol, peur du tabassage, et  aussi peur de l’enlèvement ou du meurtre.
Ca aussi c’est complément con parce que tous les toucheurs ne sont pas des monstres en puissance. Je ne défends pas ceux qui osent se frotter aux autres. Je dis simplement qu’ils ne le sont peut-être pas tous.
Mais on ne dit rien, pas peur. En général, la peur ne s’explique pas. Mais là, on peut dire que c’est surtout à cause de tout ce qu’on voit dans notre société. Les médias y mettent leur grain de sel et exploite cette peur.
Moi même j’ai peur quand je suis seule la nuit.

Et si on s’insurge sur ce geste, on est considérée comme une féministe hystérique. Ce qui n’a absolument rien à voir comme je le dis plus haut.
Mais agir est à double tranchant aussi. On pense toujours à cette peur. Mais on ne peut pas faire évoluer les mentalités en se taisant.

Mais maintenant, nous avons plus de moyens pour dénoncer ces actes et les mettre à jour. Les mentalités changent et nous sommes responsables de ces changements. Tous responsables.

Souvent, pour illustrer le consentement, je prends en exemple les chiens. Je n’y connais pas grand chose mais je sais que quand on veut caresser un chien, on demande d’abord son avis en lui tendant les mains afin qu’il nous renifle. Si on tente la caresse à brûle-pourpoint, on risque de se faire pincer ou morde. Le chien demande le consentement. Alors pourquoi pour des êtres humains ne sont pas capables de le demander ?

Bref, je suis ravie d voir que nous nous exprimons sur le sujet. je suis ravie de voir des mouvements qui dénoncent. Evidemment, ça n’est pas parfait, il y a des ratés et des dérapages. Mais au moins, on ne reste pas là à rien faire et à subir.

Je t’invite également lire cet article de l’illustratrice Emma (oui en images, ça parle mieux) sur le consentement.

Alors continuons !