Prix du livre romantique 2019 pour ce premier roman de Livia Meinzolt, publié chez Charleston.

En 2016, Eva, jeune parisienne hérite d’une librairie dans le quartier de la Butte aux Cailles. Le propriétaire, avec qui elle s’était liée d’amitié et qui lui a légué la boutique, lui laisse quelques conditions : que la libraire ne soit jamais vendue et qu’un tableau représentant une femme soit conservé.
Ce tableau intrigue Eva qui dépeint une femme penchée sur un carnet, aux pieds d’un acacia majestueux.

Eva se met a imaginer la vie de cette femme, Appolinariya Lubiova, une jeune aristocrate russe éprise de liberté et d’idéaux en plein coeur de la révolution trusse de 1916. Eva décide alors d’écrire la vie d’Appollinariya dans son premier roman.

Entre fiction et réalité, Eva écrit le journal d’Appollinaria, quitte à se perdre dans sa propre vie, se confondant avec celle de son héroïne. De son voyage à St Petersbourg, Eva va chercher à comprendre l’étrange lien qui les unit.

Les personnages sont riches en sensibilité, les relations entre les protagonistes sont détaillées et d’un romantisme fou.
Livia Meintzolt nous offre un roman poétique dans lequel on ressent son amour des mots et des arts.
Une écriture tout en justesse, agréable et douce qui nous transporte. Une grande qualité littéraire qui mérite largement ce prix du livre romantique.

Je me suis retrouvée dans Eva, son imagination et ses idées raisonnent en moi.
Malgré tout, je me suis perdue parfois, certains passages m’ont semblé très longs, trop détaillés, trop lourds. Mais je suis sûre que l’auteure nous écrira bien d’autres belles histoires.

Si tu aimes les mots, la poésie, l’amour, la Russie, les personnages travaillés, sensibles et à multiples facettes, je te conseille de le lire immédiatement !