“Vous êtes-vous déjà demandé combien de fois dans votre vie vous aviez réellement dit merci ? Un vrai merci. L’expression de votre gratitude, de votre reconnaissance, de votre dette.”

Michka est une vieille dame qui perd ses mots. Elle a des choses à dire mais elle se mélange. Devenue dépendante, elle est contrainte de déménager dans un ephad. 
Ses visites de cantonnent à Jérôme, l’orthophoniste gentil et Marie, la fille qu’elle a élevée comme si elle était la sienne.

Mais Michka sait que sa fin est proche et elle veut accomplir un dernier acte avant de partir, retrouver et remercier le couple qui l’a caché pendant la guerre, lui évitant les rafles et les camps de concentration.

C’est le premier roman que je lis de cette auteure, j’y ai retrouvé beaucoup d’Amelie Nothomb, surtout dans le rythme. Des chapitres courts et sans superflu.

Une lecture agréable, je m’attendais à un peu plus de profondeur mais l’auteure va à l’essentiel dans ces propos.

J’ai plongé dans ce récit et n’en suis ressortie qu’à la dernière page. Un parfait page turner pour les vacances.