Chère « moi de dans 10 ans ».

J’avais envie de t’écrire une lettre. Une lettre que tu liras, j’espère et qui te rendra heureuse et/ou qui te boostera si tu as un coup de mou.

Tu as 48 ans, tu es peut-être grand mère, ton fils à 27 ans et ta fille en a 21. J’espère que tu vis toujours dans ton village adoré en plein cœur des vignes, que tu participes toujours autant à la vie de ce village et que tu as bien avancé dans la rénovation de ta maison.
J’espère aussi surtout que tu as réalisé ton plus grand rêve : te marier, et de préférence avec Bruce.

J’espère que tu as fabriqué des tas de souvenirs avec ta famille,  tes nièces chéries (mon dieu, elles ont 16 et 12 ans !), tes amis et tous les gens que tu aimes avoir autour de toi.

Je suis sûre que certaines personnes sont toujours avec toi, tu sais, surtout ces femmes qui sont tellement importantes pour toi : Antoinette, Emma, Cynthia, Isabelle, Amélie, Valérie, Marie, Annabelle et les autres qui se reconnaitront.

Je te connais et je sais que tu vis toujours passionnément. Alors j’espère, non je suis sûre, que le Burlesque est toujours dans ta vie. Que tu roules toujours en ancienne et que tu vas aux meetings avec tous les copains du milieu. Que tu écris toujours et j’ose même rêver que tu as été édité.

Mais j’espère que tu as aussi pris du temps pour toi parce que ton hyperactivité et tes milles boulots peuvent te fatiguer beaucoup et il faut bien se l’avouer, tu n’es plus toute jeune.

J’espère que tu n’as pas vécu trop de drames, trop de désillusions, même si la vie est parfois dégueulasse, j’espère que tu en as tiré le meilleur et tout le positif.
Je sais que tu connais la résilience et que tu peux en faire une force pour avancer.

Je vais te raconter comme tu étais il y a 10 ans.

Tu as 38 ans mais en vrai, dans ta tête, tu en as 25. Tu as de la chance car tes enfants et ton amoureux te connaissent bien et savent combien c’est important pour toi de vivre tes passions. Donc, même si parfois ils ne te voient pas beaucoup, tu n’es jamais bien loin d’eux.

Tu as deux boulots (enfin un peu plus même). Tu es graphiste et conceptrice web dans une pme sympa dans laquelle tu te plais. Et à côté de tout ça, tu es professeure de Burlesque dans l’école que tu as co-fondé avec tes amies de toujours.

Tu écris. Beaucoup beaucoup. Sur ton blog que tu tiens depuis 11 ans, mais aussi des romans, des nouvelles. Tu n’arrives jamais à passer les 25 000 mots, tu bloques dessus mais tu finis toujours par y revenir. C’est plus fort que toi.

Tu lis beaucoup aussi, de plus en plus. Tu avais abandonné la lecture mais comme l’écriture, tu y es revenue avec grand plaisir.

Le Burlesque prend une place immense dans ta vie. Déjà avec ta troupe mais aussi avec l’école et les bookings que tu fais un peu partout. Tu as beaucoup de projets dans cette discipline d’ailleurs. Cet art, il te transporte, il te rend heureuse et il est indispensable pour ton bien-être. Les filles de ta troupe sont des sœurs et tu as construit avec elles une très belle et forte famille qui t’aide à surmonter les épreuves.

Tu es très investie dans la vie de ton village. Entre le Comités des Fêtes, le bénévolat, tu fais ton max pour être là aux évènements. Tu connais du monde, tu te sens tellement bien dans ce village que tu veux y laisser ton empreinte et ton aide. Tu as été parent d’élèves pendant des années, jusqu’à ce que ta fille entre au collège, d’ailleurs tu es aussi investie au collège qu’en primaire.

Physiquement, t’es une bonnasse. La plupart des gens ainsi que tous les statistiques te trouvent en surpoids, mais tu sais quoi, toi, tu t’en fous. Tu t’aimes. Tu aimes ton corps et tes formes. Tu te sens très bien dans ton 42 et tes 74kilos, tu aimes ton ventre rebondi, tes seins, tes fesses, toutes tes formes et toutes tes marques de vie. Tu as su développer ton charisme et tu es plutôt du genre à jouer avec ton apparence. Je peux te le dire à toi, mais tu adores te regarder dans le miroir. Dans la société de 2019, c’est encore mal perçu, certains te trouvent égoïste, s’ils comprenaient qu’en fait, pour aimer les autres, il faut d’abord s’aimer soi même, alors le jugement et la jalousie n’existeraient plus. 
J’espère en 2029, ça ne sera plus la cas. Que les femmes (et les hommes) pourront être libres de leur choix et de vivre comme elles veulent, libres de s’assumer et de s’aimer. Parce que crois moi, en 2019, on a tendance à reculer et à être jugé de plus en plus sévèrement…

Et puis, tu es drôle, même si ton humour ne fait rire que toi, tu as cette chance d’avoir de la répartie. Tu sais, ton idole, ton exemple, elle est comme ça. Tu rêves d’être comme elle mais je crois que tu t’y approches. Entre femme fatale et clown, tu peux être les deux, d’ailleurs, tu peux être ce tu veux, ne l’oublies jamais ! Et cette photo de Valérie Lemercier que tu as dans ton téléphone, te le rappelle chaque jour !

Ces valeurs, tu essayes chaque jours de les transmettre et je crois que tu peux en être fière. Tes élèves du cours de Burlesque t’ont déjà montré ce que tu leur apportes. Une de tes plus belle réussite !

Tes enfants, vivent leurs passions même si elles ne rentrent pas dans les standards. Ta fille aimait les licornes et les peluches en 2019 et elle rêvait d’être pâtissière chez Pierre Hermé. Ton fils rêvait d’ouvrir son garage de restauration et de customisation de véhicules français anciens. J’espère qu’ils ont réussi ou du moins, qu’ils ne sont pas loin de leur but.

Et tu es une passionnée. une vraie. Dès que tu te lances dans quelque chose, tu le fais avec passion.

En tout cas, ma chère moi, ce que je veux te dire, c’est de continuer à croire en tes rêves et à vivre ta vie comme tu le veux.

Tu as assez morflé, tu as su te relever d’une enfance qui t’a détruite, tu as réussi à t’éloigner des gens toxiques, même les plus proches, et aussi des manipulateurs et de tout ceux qui te mettent des bâtons dans les roues. Tu as réussi malgré tout à construire une vie, peut-être pas facile mais qui a le mérite d’être belle et remplie de bons moments.

Tu as su reprendre ta vie en main un moment où tu aurais pu sombrer. Tu as su dure non et faire face à tous tes démons intérieurs et surtout extérieurs qui ont façonner ta vie pendant 30 ans.

Alors, je te le dis, tu es importante, tu es belle, tu es drôle, tu mérites de vivre ta vie, tu es légitime dans ce monde.
Tu as le droit d’être égoïste, tu as le droit de te faire plaisir. Et les gens qui te connaissent vraiment, eux, t’aiment pour toi, avec tes qualités, tes défauts. Mais ils t’aiment et toi, tu as tout fait pendant des années pour t’aimer toi aussi. Tu n’as pas le droit d’oublier tout ça.

Je t’aime. Je m’aime.

A dans 10 ans Harmony.

Et toi, qu’aurais tu envie de dire à ton toi de dans 10 ans ?