Ce premier roman de la jeune nigérienne a été publié et traduit dans 18 pays et a été sélectionné pour plusieurs prix literaire.

Yejide et Akin sont amoureux, jeunes mariés, ils tentent de fonder une famille. Seulement voilà, Yejide ne tombe pas enceinte.
Mais sous la pression de la famille, et étant le fils ainé, Akin n’a pas d’autres choix que de donner un héritier à ses parents.
Yejide essaye tout, traitements médicamenteux, potions bizarres, processions, elle consulte des spécialistes et des sorciers. Mais rien ne fonctionne. Elle n’a pas de bébé dans son ventre.

Jusqu’au jour où Funmi arrive dans leur vie. Cette jeune femme n’est autre que la seconde épouse de Akin, imposée pat Moomi, la mère de ce dernier.
Akin et Yejide vont alors commencer une nouvelle vie. Yejide refuse cette femme, et Akin promet qu’il l’a épousé juste pour faire taire sa mère et sa famille.

Sur fond de bouleversement politique du Nigeria dans les années 80, nous suivons le combat de Yejide pour donner naissance. Les rebondissements sont beaux en apparence mais surtout très cruels au final. L’existence n’épargne rien à Yejide, à moins que le destin n’ait rien à voir là dedans…

On assiste aux manigances de la famille qui empiètent sur la vie de couple, aux traditions parfois très dures. La soumission des femmes est constante.
On découvre l’enfance de Yejide, née d’une énième épouse de son père qui n’a pas survécu à l’accouchement. Son passé au sein d’une maison peuplée d’enfants dans laquelle, chacune des épouses font tout pour être la préférée.
Akin, lui, a une vision assez moderne. Seulement, sa peur de décevoir ses parents le pousse à utiliser les mensonges et les complots qui ont pour finalité tenter de rendre Yejide heureuse en lui offrant un enfant. On découvre au fil des pages et avec horreur, ses secrets les plus enfouis et on ne peux qu’être touchée par les malheurs qui touchent sa femme.

L’intrigue est présente, jusqu’à la dernière ligne, on ne sait pas quel destin va suivre Yejide, si elle va enfin être maman à part entière. On souffre avec elle des épreuves que la vie met sur son passage.
La plume est captivante, l’histoire est magnétique mais tellement douloureuse.

Une formidable histoire sur la perte, l’amour et la résilience aussi.
Un premier roman poignant, déchirant et avec un message très fort sur la place des femmes dans une société gouvernée par les traditions.

J’ai été happée et bouleversée par l’histoire de Yejide et Akin qui, malgré l’amour, se perdent dans une vie de tourments.

Publié chez Charleston.