Quand on est nullipare, cette phrase horripile !

“Comment je ne peux pas comprendre ! Ce n’est pas parce que t’as pondu que d’un coup ta vie change ! Si j’ai des gosses ça changera rien du tout, je continuerais à vivre pareil !”

Oué, moi aussi je croyais ça ! Et puis, j’ai eu des enfants…

La vie n’a pas changé, elle a incroyablement changé !

Notre vie est bouleversée parce que maintenant, nous sommes des parents. Nous sommes responsables d’un ou plusieurs petits êtres. Et tous les questionnements qu’on avait sur la vie ont eu leurs réponses (Enfin ! Alléluia !).

Mais comment avons nous fait pour vivre sans eux ? Comment avons nous pu vivre une vie heureuse et remplie sans eux ? Comment pouvons nous nous sentir autant perdu sans eux ?

Alors, c’est difficile d’expliquer ces drôle de sentiments.

D’ailleurs quand on est nullipare, on déteste quand nos amies primipares ou multipares nous font la morale et nous sortent les phrases bateau.

“Ça change tellement ta vie, que tu ne te souviens pas à quoi elle ressemblait avant ! En fait, ta vie avant d’avoir des gosses, elle est nulle et sans intérêt finalement! Maintenant, je sais quel est le but de ma vie et j’ai enfin compris le vrai sens du pourquoi nous sommes sur terre ! Je connais la vie !”…

Oui, ça fait un peu peur, voir un peu secte, mais que les mamans qui n’ont jamais dit ce genre de choses aux “sans enfants” me jettent la première pierre (Aïeuuu !).

Bien sûr, en bonne nullipare, la principale concernée devrait répondre ceci : “Oué oh faut pas pousser mémé dans les orties hein! Moi aussi, la nullipare que je suis connait la vie ! Nan mais qu’est ce que tu crois ! Ma vie n’est pas nulle hein ! Il ne me manque rien !”

Sauf que non en fait tu ne connais pas la vie ! Enfin si tu connais la vie, mais la vie sans enfants! Non la vie après avoir eu des enfants, c’est difficile à expliquer en fait…

Être mère, ça ne s’explique pas, ça se vit!

être mèreIllustration de Korriganne

On veut croire qu’avoir des gosses ne changera que le côté matériel et organisation. Mais c’est archi faux !

Ça change ta vision de la vie, ça change tes sentiments, ça te change toi !

On devient parent et toute notre façon de vivre et de penser est remise en compte ! On grandit, on évolue et tout ça grâce à une copie de nous version mini.

Quand on est nullipare, on évolue aussi, je ne dis pas le contraire. Mais avoir un enfant nous fait gravir des milliers de marches en une fois.

C’est un changement psychologique énorme. On passe par tous les états : euphorie, peur,  joie de vivre, dépression, doute, bonheur, et bien d’autres que je ne nommerai pas pour pas effrayer les nullipares et être, pour le coup, la fautive de l’extinction de l’humanité…

Alors oui, “tu ne peux pas comprendre” veut dire quelque chose ! Parce que quand on a pas vécu la parentalité, on ne peut vraiment pas comprendre !

On ne peut pas comprendre le manque intersidéral dès que notre progéniture n’est pas là. Ni l’amour aussi immense que l’infini qu’on leur porte. Ni la fierté incommensurable de chaque petites lettres écrites pas leurs petites mains. Ni la peur ressentie chaque jour au moindre faux pas. Ni les doutes permanents…

Ce bouleversement est tellement incroyable et intense qu’on a juste l’impression d’avoir échangé notre petit cœur contre un tout neuf, comme si, nous aussi, on (re)naissait !

(Pinaise, c’est beau ce que je te dis, presque j’en chiale !)

Et bien sûr, quand on a des enfants, cette petite phrase qui fait sauter en l’air les nullipares, bah cette phrase, on va forcement la dire… Et on se rappelle alors quand nous même n’avions pas d’enfants.

C’est dans ce moment là qu’on se rend compte que vraiment, “on ne pouvait pas comprendre”. Parce que prononcer ces mots, signifie que enfin, nous ressentons le changement !